• Depuis Essaouira

    Vendredi 3 janvier 2020

    Nouveau petit contre temps : la porte latérale ne s’ouvre plus avec la clé. Heureusement que nous avons un accès à la serrure par l’intérieur !

    Le temps de charger le ravitaillement, la trousse de toilette, de vérifier tout dans la maison avant de la fermer, nous ne partirons qu’à 10h30. Plein de carburant et direction le sud avec la bruine.

    Comme au début de chaque voyage, nous passerons faire un petit coucou aux « anciens » de la famille de Jacques dans les Landes : sa maman à Castets ; son oncle à Magescq ; sa tante à Peyrehorade.

    Nous terminerons la journée par une halte chez Marilo et Pierre qui habitent du côté de Bayonne. Nous y sommes toujours très bien accueillis et nous y passerons une excellente soirée à « refaire le monde », parler mécanique et voyage.

     

    Samedi 4 janvier

    Après les derniers « Au revoir », nous voilà partis direction le Pays Basque et l’Espagne.

    Nous avons nos habitudes : arrêt au supermarché El Campo à Irun pour faire quelques dernières courses. C’est l’heure du repas. Nous mangerons alors dans le camion sur le parking. Mais … impossible de redémarrer ! Que faire ? C’est samedi après-midi, demain dimanche et lundi jour férié en Espagne (c’est l’Epiphanie), il faut donc trouver une solution rapidement. Nous faisons appel à l’assistance toujours très efficace. Dans le quart d’heure suivant nous avons un dépanneur. Grâce à son booster, le camion redémarre. Conclusion ce n’est qu’un problème de batterie. Ouff, merci Monsieur. Dans notre malheur, nous avons de la chance, car sur le parking, il y a aussi Norauto. Nous y trouverons une batterie pour notre véhicule. A 16h tout est rentré dans l’ordre et nous pourrons repartir …

    Le soir, nous dormirons sur une aire d’autoroute du côté de Pancorbo.

     

    Dimanche 5 janvier

    Nous sommes un peu en altitude, au petit matin il ne fait pas chaud, heureusement, nous avons le chauffage !

    Le soleil se lève … parfait, nous l’avons enfin trouvé ! Malheureusement pas pour longtemps : le brouillard nous accompagnera jusqu’à 16h.

    Mais, le soleil reviendra pour notre bivouac du côté de Casas del Catañar. Nous serons au bord d’un lac, au milieu des vaches, leurs veaux et … les cloches !

    Nous assisterons à la vaccination des veaux dans le pré … puis le parcage du troupeau pour la nuit ; le berger dormant sur place dans son véhicule.

    Là aussi nous sommes en altitude et le chauffage sera le bienvenu.

     

    Lundi 6 janvier

    Ce matin il y a une forte gelée blanche mais avec le soleil !!! Nous sommes bien au chaud dans notre « cocon ». Le chauffage utilise pas mal d’électricité et ce matin, le coupleur a du mal à se mettre en route car les batteries côté cellule sont bien faibles ! Il faudra surveiller souvent son fonctionnement.

    Avant de reprendre la 4 voies : contrôle d’alcoolémie ! résultat 0,00 bien sûr, ce matin seulement « café con leche » !

    Plus loin, « coup de calcaire » du camion : en effet la température de l’eau ne monte plus, ou si peu … On fait un essai à très petite vitesse, la température remonte. Nous ne comprenons pas trop ce phénomène. D’ordinaire, on s’inquiète quand le camion chauffe trop, maintenant, nous nous inquiétons parce qu’il ne chauffe pas assez… On roule alors tranquillement en scrutant régulièrement le thermomètre. Pas d’incident, on poursuit notre route …

    A midi, nous ferons notre arrêt repas au bord du lac de barrage Proserpina. Nous y passons chaque fois à côté sans jamais nous y arrêter, maintenant c’est fait. Et ça vaut le coup. Le site est très agréable, il y a des oiseaux mais aussi beaucoup de monde … c’est un lieu de promenade dominicale.

    14h30, nous repartons, le problème de température d’eau à l’air d’être résolu, le coupleur de l’électricité aussi, c’est parfait !

    Algeciras est trop loin encore, nous trouverons alors, grâce à Park4Night,  un bivouac à Arcos de La Frontera. Nous y arriverons de nuit, nous se savons pas trop où nous sommes, mais la vue de nuit sur la ville est très belle.

     

    Mardi 7 janvier

    Debout 8h avec un beau soleil. Et oh, surprise ! nous sommes à côté d’un ruisseau avec des canards, des poules d’eau, des aigrettes, des hérons et des cormorans. Beau spectacle avec un lever du jour dans la brume !

    Nous serons à Algeciras à 11h30, direction chez Monsieur Gutierrez pour y prendre les billets de la traversée : Algeciras / Ceuta : 180€ aller/retour billet open : 1 fourgon + 2 personnes.

    Le bateau étant à 14h30, nous prendrons le temps de manger sur le parking du centre commercial.

    Nous serons au port à 13h45, mais en définitive, le bateau ne partira qu’à 14h50 et nous débarquerons à Ceuta à 16h. Nous avons quelques courses à faire ainsi que le plein de carburant. Il sera trop tard pour envisager de passer la frontière ce soir. Nous stationnerons donc sur le parking en bord de mer avant le poste frontière. Nous y passerons la nuit, tous les sens en éveil … on ne sait jamais, surtout avec la « faune » environnante !

    Effectivement à 1h du matin, Jacques me réveille : il entend des bruits comme si quelqu’un voulait ouvrir le camion. Aussitôt debout … mais personne en vue. Réveillés pour réveillés, nous attendons un moment pour voir s’il y a des mouvements sur le parking, quand soudain, j’entends un bruit similaire à celui entendu précédemment et …je vois un chat sortir de dessous le camion ! Plus de peur que de mal. Ce sera quand même difficile à rependre le sommeil.

     

    Mercredi 8 janvier

    Debout 8h30, beau soleil. Nous sommes prêts psychologiquement à passer la frontière avec tous ses aléas.  Nous y serons à 9h55. Il n’y pas beaucoup de monde. Nous ressortirons côté marocain à 10h15. Les formalités sont simplifiées, plus d’imprimés à remplir avant. Tout se fait directement avec les ordinateurs.

    Plus loin, aux premiers commerces, nous retirerons de l’argent au distributeur et j’achèterai une nouvelle carte sim avec des unités. Nous sommes parés pour la suite de notre voyage au Maroc.

    A midi, nous mangerons dans un bois d’eucalyptus que nous connaissons depuis de nombreuses années, sur la route entre Tétouan et Larache.

    A 18h nous sommes à la sortie de Rabat. Il faut envisager de s’arrêter et trouver un bivouac. J’ai conservé la trace du coin que nous avions découvert l’année dernière.

    Nous nous y installerons pour la nuit. Il y a de nombreuses traces de sanglier…

    Mais nous n’en verrons pas.

     

    Jeudi 9 janvier

    Le ciel est nuageux et frais. Nous avons espoir de retrouver le soleil plus au sud.

    Nous prendrons l’autoroute jusqu’à Safi. Après l’arrêt repas traditionnel sur l’aire d’Oualidia, nous nous retrouverons très vite sur la nationale  jusqu’à Essaouira chez Hubert et Josiane (sœur de Jacques) où nous serons vers 17h.

    Nous sommes en famille, ce sont les retrouvailles. Nous allons y rester quelques jours et profiter de leur hospitalité pour faire de la lessive, et de la maintenance sur le camion.

    A plus tard pour la suite du voyage …

    « A la recherche du soleil sur le continent africain !2020 »

  • Commentaires

    1
    THOMAS
    Lundi 13 Janvier à 07:27

    Bonne route ...profitez en ..et continuez à nous tenir au courant de vos aventures ..

    Bises à bientôt. Jacques Th.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :