• Lundi 14 janvier

    La décision est prise, nous repartons aujourd’hui de Toubacouta en direction de Tambacounda.

    Passage obligé par Kaolac pour retirer de l’argent et faire des courses pour la poursuite du voyage (en particulier bière, vin, apéritifs, que l’on ne trouve pas partout !)

    Les kilomètres défilent, en fin d’après-midi,  nous arriverons au campement de Wassadou au bord du fleuve Gambie après avoir fait 403 km. Nous profiterons ainsi d’une bonne bière bien fraîche au bord du fleuve pour voir et entendre les hippopotames ainsi que les singes.

    Nous terminerons la journée par un bon couscous au restaurant du campement.

     

    Mardi 15 janvier

    Nous ne sommes pas pressés. Nous serons aux premières loges pour voir les singes jouer autour de nous. Puis départ vers 11h direction Kédougou.

    Nous savons qu’il y a une cinquantaine de kilomètres en travaux !!!! donc beaucoup de poussière !!!!

    Les travaux passés, nous nous arrêterons alors à Kédougou pour boire une bonne Gazelle bien fraîche et peut-être avoir de la wifi. En Afrique la wifi est aléatoire et souvent à faible débit, ici c’est très faible . Nous repartirons alors vers Salémata. Là aussi la piste est en travaux. Nous bivouaquerons en cours de route.

    Bonne soirée tranquilles sous un magnifique ciel étoilé.

     

    Mercredi 16 janvier

    Avant de repartir Patrick (mécanicien) et Jacques feront un peu de mécanique : refixer le réservoir d’huile de direction et trouver une solution pour faire tenir la durite de l’intercooler.

    Après 1 ½ de piste nous arriverons à la mission catholique de Salémata où les autres personnes du groupe connaissent le Père Marcel. C’est aujourd’hui sa fête !!!! Nous lui ferons la surprise. Mais dommage, il doit repartir dans l’après-midi à Dakar. Nous passerons quand même un bon moment en sa compagnie, et nous ferons la connaissance d’un nouveau père Gérard nouvellement ordonné. Il recevra les consignes du père Marcel pour s’occuper de nous et  passer la soirée avec nous.

    Ce sera encore un très bon moment de convivialité.

     

    Jeudi 17 janvier

    Nous partirons en reconnaissance avec un jeune du coin, pour voir si nous pouvons passer en Guinée par Mittiou.

    Déjà pour y aller, la piste n’est pas commode surtout pour les 2 Mercedes qui sont bas de caisse.

    Arrivés au passage à gué fatidique, nous étudierons la situation. Effectivement il y a de l’eau, mais c’est surtout la sortie avec de grosses marches et la remontée qui est raide et mouillée par les roues des fourgons.

    Nous regarderons passer les motos, puis un 4x4. Cela semblerait possible, mais nous ne voulons pas courir le risque de casser un véhicule.

    Nous resterons quand même la journée là, au bord de l’eau à l’ombre en compagnie des lavandières et des enfants du village tout proche.

    Il va falloir maintenant prendre une décision pour le passage en Guinée. Là, ce n’est pas possible pour le groupe. Nous irons nous renseigner à l’entrée du Parc du Niokolo Koba. De couper par le parc, nous ferait gagner du temps, des kilomètres mais surtout nous éviterait la zone de 50 km de travaux.

    Mais là aussi, piste difficile, les gardes nous la déconseillent. Il se fait tard. Nous bivouaquerons à l’entrée du parc. La nuit portant conseil, nous verrons demain pour la suite.

     

    Vendredi 18 janvier

    Donc, nous reviendrons à Salémata, passerons à kédougou faire quelques courses et nous nous arrêterons au campement Keur Anik situé juste avant la zone de travaux.

    Le campement se trouve lui aussi au bord du fleuve Gambie. Nous y passerons une agréable fin de journée.

    Après discussion, nous déciderons de partir de bonne heure le lendemain matin afin de ne pas trop souffrir de la chaleur et de la poussière.

     

    Samedi 19janvier

    Grosse journée en perspective :

    -       50 kilomètres de travaux, mais récompensés à la sortir par un arrêt au bord de la route au milieu de la forêt en compagnie de petits singes, ma foi très téméraires : il y en a même qui sont montés dans un camion, et d’autres sur la galerie d’un autre !!!!

    -       Passage par Tambacounda pour direction la frontière avec la Guinée. Nous y serons à 14h. C’est l’heure de la pause, la douane ne sera ouverte qu’à 15h. Mais qu’elle ne fut pas notre surprise quand nous nous rendrons compte que les véhicules que nous avions vus passer pendant le repas, faisaient partie du raid Trans-Baobab de Globe Trotter, ils sont 40 équipages. C’est alors un peu la bousculade pour savoir qui va passer devant les autres.

    En définitive, à 15h, tout se passe bien, chacun passe à son tour. Nous aurons terminé toutes les formalités de sortie du Sénégal et d’entrée en Guinée à 16h50. Y compris la signature du carnet ATA à Sambailo.

    Arrivés à Koundara, il faut trouver de la monnaie guinéenne, c’est samedi, ce n’est pas facile. Le distributeur ne donne pas beaucoup d’argent … Les banques sont fermées pour du change.

    Il faut aussi faire le plein de carburant. Certaines pompes sont vides …, mais bon en faisant quelques kilomètres de plus nous trouverons une station qui voudra bien nous vendre du gazole bien qu’il soit « réservé » au Raid !

    Nous nous dirigerons ensuite vers Youkounkoun pour le bivouac. Apéro bien sûr pour arroser notre passage en Guinée. La journée a été épuisante pour tout le monde, nous avons mérité une bonne nuit.

     

    Dimanche 20 janvier

    Nous irons donc jusqu’à Youkoundoun pour faire la photo mythique devant le panneau du village avant d’aller y faire un tour. Pas de chance, le marché est le mardi !

    Nous repasserons alors à Koundara avant de prendre la route pour Labé. Là aussi il y aura une cinquantaine de kilomètres de piste, donc de poussière …. Mais l’arrivée à Labé se termine bien par du goudron.

    Nous traversons une région très verte très vallonnée. Les maisons sont tout à fait différentes de celles que nous avions vues jusqu’alors. Nouveau pays, nouveaux paysages, nouvelles constructions et beaucoup de femmes voilées … même parfois avec le voile intégral.

    En arrivant à Labé, nous irons à l’hôtel Tata, recommandé par tous les voyageurs.

    Nous nous y installerons dans la cour et nous prendrons comme repas du soir la célèbre Pizza cuite au feu de bois. Il faut bien varier les menus !

     

    Lundi 21 janvier

    Journée repos : le matin, pour les hommes, ce sera un peu de mécanique, pour les femmes : ménage, lessive. L’après-midi, sieste ou repos pour tout le monde.

    Il faudra attendre ce soir pour étudier ce que nous ferons les jours à venir .....


    votre commentaire
  • Lundi 7 janvier

    C’est le jour des retrouvailles. Nous devons prendre le train en route avec le groupe pour la suite du voyage.

    Ce matin ce sera le grand rangement, le plein d’eau  etc…

    Après le repas de midi, nous avons payé le camping, nous sommes près à aller au rendez-vous à l’entrée de Nouakchott. MAIS …. Au moment de sortir, le portail est fermé par une chaîne et un cadenas posés par la police : le patron n’a pas payé ses impôts : nous sommes pris en otages !!!!

    Mais bon, au bout d’un moment, les employés feront sauter le cadenas et nous serons libres …

    Plein de gasoil, à 14h15, nous sommes au rond-point de la théière. A 14h30, nous recevons un message les copains sont à 60km.

    En définitive, nous nous joindrons au groupe à 15h10. Désormais, nous serons 4 véhicules et 7 personnes.

    Traversée de Nouakchott, assez folklorique lorsque l’on est à 4 véhicules, mais nous n’avons perdu personne, tout le monde est bien là !!! Nous faisons quelques courses et nous voilà partis plein sud vers le Sénégal. La route est en travaux, ou en très mauvais état.

    A 18h30, arrêt bivouac : nous sommes bien, nous savourons notre première soirée tous ensemble.

     

    Mardi 8 janvier

    Prévision de la journée : passage frontière Mauritanie / Sénégal.

    Tout d’abord, route en très mauvais état qui s’améliore à partir du la bifurcation vers Keur Macène pour terminer par de la piste en tôle ondulée avec de nombreux trous, impossible de prendre de la vitesse.

    Nous serons à la frontière à midi.

    Pour sortir de la Mauritanie à tous les bureaux il faut payer : douanes : 400 um ; commune 50 um ; police 400 um

    Puis passer le pont : 4000 fcfa

    Nous sommes au Sénégal : policé avec prise de la photo et d’empreintes, douanes : 2500 Fcfa pour le passavant de 72h pour le véhicule. Il faudra aller aux douanes à Dakar avant mercredi soir pour faire tamponner le carnet ATA.

    Ne pas oublier de prendre l’assurance : 35000 Fcfa pour la carte brune pour 3 mois.

    Une fois tout le monde passé, nous irons au village voisin retrouvé Fatou, que connaissent Didier, Sylvie, Maryse, Jean-Pierre et Patrick. C’est elle qui d’ordinaire se trouve à la frontière pour vendre l’assurance et faire le change, mais cette fois ci, elle n’y était pas, nous sommes passés trop tard. Nous la dérangeons chez elle. C’est alors qu’elle nous expliquera toutes les « magouilles » qu’il y a au poste frontière entre les « facilitateurs », les officiels et l’assureur pour lui porter tord.

    Mais bon, elle nous fera le change et les autres véhicules seront obligés de prendre une nouvelle assurance (carte brune), pour poursuivre le voyage en Guinée, alors qu’ils auraient dû l’avoir au poste frontière !!!!!

    Tout le monde est paraît, nous voilà partis à Saint louis où je tirerai quand même de l’argent à un distributeur, puis nous filerons au campement le Teranga à Gandiole.

    Avant même de prendre une décision, nous ferons le tour du campement et … nous prendrons une bonne « Gazelle »,  bière célèbre au Sénégal.

    Tous les paramètres sont bons pour passer la nuit ici, accueil chaleureux, commodités correctes, nous pouvons nous installer.

    La journée a été longue, les formalités pénibles et nous n’avons pas mangé à midi. Ce soir, nous mangerons au restaurant du campement, ce sera notre premier poulet yassa du voyage.

    Nous passerons une bonne soirée tous ensemble, mais bien fatigués quand même. Nous n’aurons pas besoin de berceuse pour nous endormir !

     

    Mercredi 9 janvier

    Une autre journée difficile s’annonce : direction Dakar pour faire tamponner le carnet ATA de la voiture, et essayer d’avoir le visa pour la Guinée.

    Maintenant la route la route est bonne. Il y a même l’autoroute depuis Thiès.

    Il faut faire attention aux horaires d’ouverture des divers bureaux. Nous prendrons juste un petit casse croûte sur le parking à un péage.

    Nous serons au port, à la douane à 15h10. C’est parfait. Une heure plus tard, tout le monde aura son carnet tamponné.

    Nous tenterons alors d’aller à l’ambassade de Guinée (avec l’aide d’un taxi comme guide). Nous y serons à 16h30. C’est un peu tard …. Mais avec la disponibilité et la gentillesse du Consul, nous pourrons obtenir nos visas dans la soirée (50000 Fcfa, 1 photocopie du passeport + 2 photos d’identité)

    Il est trop tard pour reprendre la route. Nous dormirons dans les camions stationnés dans la rue de l’ambassade.

    Jeudi 10 janvier

    La circulation dans Dakar étant difficile, nous opterons pour un départ à 6h du matin pour sortir au plus vite de la capitale. Bien calculé, pas de beaucoup de voitures, nous serons rapidement sur l’autoroute et tranquilles pour la route à venir.

    A 8h30, nous nous arrêterons quand même en brousse pour une pause petit déjeuner.

    A 10 h nous serons à Fatick où nous prendrons le temps de flâner et faire quelques courses au marché local.

    Puis direction Foundiougne où il faut prendre un bac. Il y a pas de véhicules mais avec l’expérience des employés du bac nous pourrons tous monter sur le même bac. Pour la sécurité les passagers doivent mettre un gilet de sauvetage !!!

    Arrivés de l’autre côté, nous trouvons un bel emplacement au bord de l’eau. Nous y sommes tellement bien que nous y resterons la journée et même la nuit.

    Après ces derniers jours  de formalités administratives, nous avons bien mérité un peu de repos !

    A midi, nous prendrons tous ensemble un apéritif dit dinatoire avec des crevettes achetées au marché. Pour dîner, nous irons à la gargote toute proche.

    Ce soir non plus il ne faudra pas nous bercer !

     

    Vendredi 11 janvier

    Ce matin, pas de précipitation, la pause suivante (Tobacouda) n’est pas loin.

    D’ailleurs nous y serons à 11h15.

    Les copains connaissent le propriétaire du campement : Thierry. Ce sont les retrouvailles autour d’une bière.

    Puis, nous nous installerons dans un petit coin. Nous allons rester ici quelques jours.

    Visite des alentours

    Visite de l'association Nebeday

    Nous passerons de très agréables soirée au restaurant de Thierry sans oublié le fameux "punch de bienvenue" savamment préparé par Didier

    Dimanche, certains iront à la messe à Sokone, les autres iront au marché de Touba Mourid à 18 km de là.

     Nous sommes encore indécis sur le jour de départ vers l'Est .... demain ou après-demain ??? 


    votre commentaire
  • Mardi 1 janvier 2019

    Bonne Année à tous

    Notre réveillon fût bref dans le camion, mais bon.

     Certains voisins ont fait de la musique assez tard, mais cela ne nous a pas empêché de dormir ....

    Nous profiterons de ce que ce soit un jour férié pour aller faire le plein d'eau au château de la ville, comme il se doit. Nous irons de bonne heure, nous serons les premiers, c'est parfait. Car le débit étant faible, un plein de réservoir de 200 l dure longtemps ! et souvent la queue des camping-cars est longue !

    Puis retour au "camping" où nous passerons la journée:

    - bricolage

    - internet

    - téléphoner à la famille pour les vœux

    - cuisine du repas du jour de l'An : huîtres, langoustes, fraises

    Tout va bien.

     

    Mercredi 2 janvier

    Jour du départ pour la frontière avec la Mauritanie.

    A midi nous mangerons au bord de l'Océan, nous découvrirons un superbe paysage avec un beau rocher jamais vu jusqu'à aujourd’hui. Nous en profiterons pour joindre la famille sur Skype : tout le monde est réuni, c'est l'anniversaire d'un de nos petits-fils.

    Les kilomètres défilent, nous serons à la frontière à 16h.

    Il y a de nombreux camions qui attendent, mais les touristes peuvent passer à côté, d'ailleurs il n'y a pas grand monde ! Nous passons rapidement.

    Arrivés à la frontière mauritanienne à 17h , nous trouverons Cheick (guide connu de Jacques depuis son voyage en 2002) qui nous facilitera toutes les démarches. MAIS, l'ordinateur qui fait les visas est en panne. Nous serons bloqués à la frontière jusqu'à 19h50 que l'informatique veuille bien fonctionner !

    Les visas en poche, il ne reste plus qu'à passer à la police, récupérer  tous les papiers et nous partis en pleine nuit à la recherche de notre bivouac du côté des antennes.  Pas facile à trouver le passage. Il y a du sable, il faut craboter et trouver le bon emplacement. Nous utiliserons tout notre éclairage led ... On y voit vraiment mieux !

    A 20h30 nous serons enfin posés pour la nuit.

     

    Mercredi 3 janvier

    Il faut changer d'heure, nous sommes maintenant à l'heure GMT. Nous avons pu dormir une heure de plus ! 

    Grande inquiétude pour le revenir sur le goudron : longue remontée vers le goudron et il y a du sable. Sage résolution, nous dégonflerons légèrement les roues et "petit camion" en longues, rejoindra la route sans problème. Bravo au chauffeur aussi. Il ne reste plus qu'à regonfler, mais ce sera vite fait avec un bon compresseur.

    Nous voilà maintenant partis pour 420 km de ligne droite dans le désert .... C'est long ...

    Nous ferons un halte quand même pour manger à midi. Au milieu de nulle part, un arbre. Nous nous y arrêterons. Nous aurons la visite de 2 véhicules qui viendront nous demander si nous avons besoin d'aide : c'est rassurant.

    Nous retrouverons les feux tricolores et la circulations désorganisée de Nouakchott à 17h30. N'ayant pas beaucoup de choix, nous nous installerons à l'auberge Menata jusqu'à l'arrivée de nos copains avec qui nous poursuivrons le voyage.

    Nous allons donc en profiter pour :

    - faire une grande lessive

    - bricoler

    - faire le ménage

    - faire des courses : au port pour acheter poissons, langoustes, gambas

                                    épicerie, légumes etc ... pour aller jusqu'au Sénégal

    - mettre le blog à jour

    - rendre visite à Olivia

    etc .... 

    Dimanche 6 janvier Nous venons d'avoir des nouvelles des copains. Ils ont franchi la frontière aujourd'hui : 6h pour toutes les formalités !!!!

    Nous devrions les retrouver ce soir pour un bivouac tous ensemble à la sortie de Nouakchott

     

    A plus tard pour la suite du voyage ....

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Dimanche 23 décembre

    Comme prévu, nous serons au garage d’Ali à 9h.

    La liste des travaux est longue, nous y resterons toute la journée.

    -      - Détection et réparation des fuites d’huile : fuites au carter et au reniflard métallique de sortie moteur

    -                   - Vidange moteur

    -                  - Détection et réparation fuite réservoir de carburant

    -                -  Changement soufflets de cardan

    -               -  Silentbloc tuyau d’échappement

    Mais ce n’est pas tout, Ali trouve les lames de ressort un peu plates. Ce sera donc pour demain !

     

    Lundi 24 décembre

    Nouvelle journée au garage pour recintrer les lames de ressort.

    Ce sera plus court, il faudra revenir demain pour payer après avoir vérifié que tout fonctionne bien.

    Nous rentrerons dans l’après-midi au camping : ménage, lessive etc ….

    Le soir (soir de Noël), nous serons invités à boire l’apéritif : nous serons trois couples de Français à parler voyages … et refaire le monde …

    De retour au camion, nous terminerons la soirée avec une lanterne fabriquée avec une mandarine comme Papy aime bien faire aux enfants pour Noël !

     

    Mardi 25 décembre C’est Noël

    Nous retournerons donc chez Ali pour payer, MAIS !!!! à quelques centaines de mètres du garage, le voyant d’huile s’allume !!!!! C’est inquiétant. Heureusement que le mécanicien n’est pas loin !

    Aussitôt arrivés au garage, Ali et ses acolytes se mettent sur le camion. Ils cherchent toutes les causes possibles. Chose essentielle, ce n’est pas la pompe à l’huile, la pression est bonne. Ils supputent alors un faux contact d’un fil mais très vite, ils se rendront compte que l’erreur vient du thermo-contact de pression d’huile qui est défaillant.  Mais voilà, il faut trouver un remplaçant. Ce ne fût pas chose facile. Il faudra en essayer plusieurs et enfin se rabattre sur une pièce d’occasion. Mais bon, il fonctionne, nous pouvons rentrer au camping et profiter à 14h …. De notre repas de Noël : foie gras, confit de canard avec pommes de terre sautées. Pal mal !

     

    Mercredi 26 décembre

    Nous allons reprendre la route vers le grand sud mais avant nous irons payer Ali et faire des courses pour la suite du voyage.

    Cette fois-ci nous partons plein Ouest. Les kilomètres défilent tranquillement, nous avons le temps.

    Dans l’après-midi nous croiserons successivement Marie-Geneviève et Stéphane qui vont vers Foum Zguid, puis plus loin Gérard et Paul qui vont vers Zagora. Nous nous arrêterons pour parler un peu avec ces derniers. Tout va bien, sauf, Gérard qui a toujours des soucis avec son Isuzu et son moteur Euro 5 que personne ici au Maroc en peut réparer : personne n’a le fameux logiciel !!!! Nous poursuivrons chacun notre route dans des directions opposées.

    Le soir, nous aurons fait 300km. Nous avons trouvé un bivouac superbe à la sortie de Akka. Le terrain est sablonneux, nous devrons mettre les 4 roues motrices pour être sûrs de bien repartir demain matin. Nous sommes bien et en profitons pour faire des photos de coucher de soleil.

     

    Jeudi 27 décembre

    Quelle ne fût pas notre surprise quand au moment de repartir, nous constatons des gouttes d’huile sous le moteur : encore des fuites !!! ce n’est pas possible ! Nous n’avons vraiment pas de chance. Que faire ? Poursuivre notre route et faire réparer à Guelmim ou revenir chez Ali, lui qui sait ce qu’il a fait ? Nous prendrons la décision de revenir chez Ali donc de refaire 300 km !!!

    Nous entrons en communication avec Gérard et Paul qui sont à 10km de Tata. En définitive, ils vont nous attendre pour faire la route ensemble.

    Nous nous retrouverons vers 10h15, puis ce sera direction plein Est.

    A midi nous nous arrêterons pour manger tous ensemble, après Foum Zguid. Nous ne sommes plus qu’à 100 km de Zagora où nous serons à 15h30.

    C’est la surprise pour Ali de nous voir de retour. Les mécanos sont de suite sous le camion. Le constat est vite fait : c’est le mano qu’ils ont changé hier qui fuit. C’est bien ce dont nous nous doutions. Voilà Ali reparti avec sa mobylette à la recherche d’un nouveau mano. Il le sait maintenant, il faut un « Fiat ».

    Ce sera alors le remontage mais pas complet. Nous devrons faire un « tour » pour vérifier et revenir demain matin pour finir le remontage de la plaque de protection s’il n’y a plus de fuite.

    Nous partirons donc tous au camping la Palmeraie d’Amezrou que Gérard ne connaît pas. Il n’y a plus personne, nous sommes seuls ! Nous y serons bien.

    Le soir nous mangerons un couscous au restaurant tout neuf du camping. Très bonne soirée.

     

    Vendredi 28 décembre

    Première chose : regarder s’il n’y a plus de fuite : Youpi !!!! tout va bien.

    Après avoir dit Au Revoir à nos amis, nous retournerons chez Ali pour finir la réparation. Dernière vérification, nous pouvons reprendre la route.

    Nous avions prévu de passer le 1° de l’An à Dakhla, il y a encore de nombreux kilomètres à parcourir. Le soir nous serons près de Icht, nous aurons fait 390km !

    Là encore beau bivouac avec aussi pas mal de sable mou. 4 roues motrices obligées …. Mais nous sommes bien.

     

    Samedi 29 décembre

    A 11h15, nous serons à Guelmim. Nous nous arrêterons au supermarché Marjane pour y faire quelques courses et le plein de carburant.

    Aujourd’hui, malgré les travaux de la future autoroute, les kilomètres vont défiler. Le soir, nous serons sur la piste du camping Bédouin. Nous aurons fait 550 km !!!.

    Pauvre chauffeur il est un peu fatigué. Le repas sera bref et nous serons très vite au lit.

     

    Dimanche 30 décembre

    Il nous reste 589 km pour arriver à Dakhla. Là encore il y a beaucoup de travaux et nous devrons souvent rouler sur des pistes annexes.

    Heureusement il y a des parties terminées avec excellent goudron. Nous sommes dans une région désertique, mais ici il a dû beaucoup pleuvoir car le désert est vert et fleuri, c’est magnifique et rare ! cela permet de trouver la route moins monotone.

    Petite anecdote : à l'entrée de Boujdour, comme à l'entrée de chaque grande ville dans le Sahara Occidental, nous devons donner une fiche de renseignements. Cette fois ci, le policier pour être très gentil nous a souhaité "Joyeux anniversaire", sans doute pour nous dire Bonne Année  ! L'intention était bonne !

    Le pari sera tenu. Nous serons à Dakhla à 18h45. Nous irons directement au marché pour y acheter des langoustes prévues pour le repas du 1° janvier.

    Ensuite il faudra trouver un emplacement pour passer la nuit. Plus de camping, et impossible de stationner au bord de la falaise. En suivant celle-ci, côté océan, nous verrons des camping-cars derrière un mur : c’est un parking gratuit, sorte de camping sans eau ni électricité et surveillé par les militaires.

    Nous passerons donc la nuit là, à l’abri du vent.

     

    A Dakhla le camping Moussafir est fermé.

                     Depuis le 24 décembre 2018, impossible de passer la nuit sur les falaises, ni côté océan, ni côté lagune. Il faut être "parqués" soit au Km 25 côté lagune, soit côté Océan à TAOURTA : 23°47,725'N ; 15°54,910'W. C'est un camping en construction, gratuit mais sans eau ni électricité gardé par les militaires ( "pour votre sécurité").Pour faire le plein d'eau potable i faut aller au château d'eau de la ville.La journée aussi fut longue pour Papy, nous ne tarderons pas à nous coucher.

     

    Lundi 31 décembre

    Nous allons rester à Dakhla jusqu’à mercredi, alors …. Cool …. Nous prendrons notre temps.

    Puis nous irons finir les courses pour le « réveillon » et le repas de demain 1° de l’An.

    Nous nous renseignerons aussi pour savoir où on peut faire le plein d’eau. C’est au Château d’eau de la ville. Nous irons demain, mais il faudra s’armer de patience car tous les camping-cars viennent là. Il y a une longue file d’attente !

    Puis nous irons chercher des huîtres. Nous resterons du côté de la lagune pour le reste de la journée.

    En fin d’après-midi nous reviendrons au parking de la veille : bricolage, lessive et mise à jour du blog.

    Nous sommes entrés en contact avec le groupe que nous devons retrouver pour la suite du voyage : ils sont arrivés à Kénitra pour y passer le réveillon. Tout va bien.

    Nous devrions pouvoir les attendre à Nouakchott et prendre notre place dans le groupe à ce moment-là aux environs du 5 ou 6 janvier en fonction du temps qu’ils mettront pour descendre le Maroc.

     

    Nous vous souhaitons un excellent réveillon, une très bonne année 2019. Qu’une bonne santé, vous permette de réaliser tous vos projets.

    A bientôt pur la suite du voyage.


    3 commentaires
  • Lundi 17 décembre

    Après quelques jours en famille, nous voilà repartis vers le Sud pour retrouver des copains le 20 à Fort Bou Jérif.

    Mais avant nous ferons une halte à la casse automobile d’Aït Melloul à la recherche d’une  pièce de carrosserie perdue sur une autoroute française. Mais notre recherche sera vaine. Nous poursuivrons notre route jusqu’à Aglou Plage où nous passerons la nuit sur la falaise au bord de l’Océan.

    A notre arrivée, pas de vent, mais dans la nuit, il se lèvera et nous aurons notre sifflement habituel qui nous accompagnera une partie de la nuit. Nous résisterons et ne tournerons pas le camion. Au petit matin, plus de vent !

     

    Mardi 18 décembre

    Ce soir, nous devrions retrouver les copains au camping de Bouizakarne. Mais avant nous passerons au marché de Sidi Ifni, où nous trouverons un magnifique homard vivant que nous mangerons (en partie) à midi !

    MAIS … le repas terminé, au moment de remettre le moteur en route, le voyant de la batterie ne veut plus s’éteindre (sinon à 1800 tours). C’est le signe d’un alternateur fatigué (pourtant  remplacé neuf par Iveco en mars 2017). Afin de ne pas avoir d’ennuis plus tard, nous nous arrêterons à Guelmim chez un électricien auto pour un diagnostic : c’est effectivement l’induit de l’alternateur qui ne fonctionne plus. Il faut le changer. Au Maroc, tout peut se réparer : avec plusieurs morceaux de récupération, l’électricien reconditionnera le notre. L’opération durera plus de 3 heures, mais nous repartirons avec un alternateur qui fonctionne bien.

    Il est presque 19h et il nous reste 40 kilomètres pour retrouver les copains. Nous les ferons à vitesse grand V, mais arriverons quand même à la nuit. Il faudra se renseigner pour savoir où se situe le camping. Là bas tout le monde est installé.

    Ce sont les retrouvailles. Nous passerons une excellente soirée autour d’une table avec l’apéro comme il se doit et une « sardinade » cuite par le propriétaire du camping.

     

    Mercredi 19 décembre

    Maintenant que nous nous sommes retrouvés, nous allons rester ensemble jusqu’à vendredi.

    Aujourd’hui, courses au Marjane de Guelmim,  repas tagine au souk, puis direction Fort Bou Jérif où nous sommes attendus pour un mini rassemblement de voyageurs amoureux du Maroc. Pour le moment nous sommes 7.

    Après s’être installés, chacun vaquera à ses occupations jusqu’au soir où nous prendrons un apéritif dînatoire autour d’une plancha dont seul JLA à la maîtrise !

    Un nouveau véhicule arrivera (pas prévu), c’est Stéphane, connu de JLA et Marie-Geneviève. Il se joindra à nous.

    Nous mettrons tout en commun et passerons une autre excellente soirée qui s’écourtera un peu à cause de la fraîcheur qui tombera très vite.

     

    Jeudi 20 décembre

    Jour programmé pour le rassemblement. C’est aujourd’hui l’anniversaire de Christiane ! Le repas au restaurant est prévu pour le soir.

    Un autre couple est attendu, il arrivera dans la matinée. Nous serons alors 10.

    Journée donc cool : ménage, lessive, petit repas froid tous ensemble à midi puis promenade jusqu’à  l’oued et le vieux fort : marche qui nous mettra en appétit pour le soir.

    Pour la circonstance, nous mettrons nos plus beaux atours.

    Après l’apéritif pris au salon, nous nous installerons autour d’une grande table ronde soigneusement préparée.

    Au menu : huîtres (offertes par le patron) couscous et tagine de fruits,  le tout arrosé d’un magnum de vin offert par un autre copain (vigneron)  absent aujourd’hui. Excellent repas. Quelle bonne soirée ! Christiane a même soufflé symboliquement une bougie posée sur le plat à tagine !

     

    Vendredi 21 décembre

    C’est l’heure de la séparation. Chacun va repartir de son côté en fonction de ses objectifs : poursuite du voyage pour les uns, direction les mécaniciens pour les autres … C’est notre cas, mais aussi Gérard qui a des soucis avec son moteur Euro 5 !!!!

    Avant la grande descente vers le grand sud et comme nous avons du temps devant nous, nous prendrons la route vers Zagora où nous irons chez Ali, faire faire une grande révision mécanique, entre autre chercher et résoudre les différentes fuites que nous avons encore !

    C’est donc direction plein Est.

    Les kilomètres défilent tranquillement. Petit souci quand même, un caillou viendra faire un gros éclat sur le pare-brise. Nous surveillerons attentivement la progression de l’impact. Pour le moment il ne bouge pas, c’est une chance.

    Le soir nous dormirons avant d’arriver à Tata, dans le désert avec un magnifique ciel de pleine lune. Quel bonheur !

     

    Samedi 22 décembre

    Nous poursuivrons notre route plein Est avec ce matin le soleil dans les yeux ! On ne va quand même pas se plaindre d’avoir du soleil !

    Nous serons à Zagora chez Ali avec la liste de tous les travaux à effectuer, à 14h30. Il est occupé, nous avons donc rendez-vous demain matin à 9h et oui, même le dimanche !

    Nous finirons la journée au camping la Palmeraie que nous avions découvert l’année dernière et où nous sommes bien.  

    En attendant le verdict demain, j’en profite  pour mettre le log à jour.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique