• Bonjour à tous, nous revoilà ...

    Comme avant chaque voyage, nous avons fait réviser (freins, lames, entretien régulier) notre véhicule et comme d'habitude, il y a eu au dernier moment des réparations imprévues (boîte de transfert) qui ont retardé notre départ. Merci à notre garage préféré (Attitude Off Road) qui bichonne notre camion . Depuis hier, il est devant la porte. Il ne reste plus qu'à le charger .... Cette année, nous ne devrions pas avoir de soucis avec le chauffage que nous avons remis en état de fonctionnement cet été. Réparation bienvenue car notre départ va s'effectuer en plein épisode neigeux dans le nord de l’Espagne. 

    Cette année, nous ne ferons qu'une "petite" escapade au Maroc. Départ prévu lundi 16 janvier, retour début mars. Nous n'avons pas concocté d'itinéraire précis, nous sillonnerons le Maroc compte tenu de la météo, des rencontres et à l'inspiration en fonction de nos humeurs du moment ...

     

    Lundi 16 janvier 2017

    Comme prévu, nous voilà partis pour les Landes où nous ferons une visite à la maman de Jacques qui se trouve cette année dans une maison de retraite à Castets.

    L’après-midi nous irons dans une autre maison de retraite à Peyrehorade pour voir Ginette (la tante de Jacques) qui avait l’habitude de voyager elle aussi en Afrique. Elle nous a passé le « virus » ! Bien sûr elle nous envie, mais malheureusement l’âge et ses ennuis de santé, font qu’elle est obligée maintenant de s’évader par la pensée …

    Le soir nous dormirons à Irun sur le parking d’une grande surface : ce n’est pas très poétique mais bon, il pleut et après c’est la montagne où il risque neiger. On verra bien demain …

    Nous allons enfin dormir au chaud : le chauffage fonctionne ! Quel bonheur !

     

    Mardi 17 janvier

    Il ne pleut plus ! le ciel est clair, tant mieux, nous éviterons ainsi la neige ! Mais il ne fait que 1,5° !

    Nous traverserons l’Espagne sous un beau soleil, justement, c’est lui que nous sommes allés chercher.

    Le soir nous bivouaquerons entre Caceres et Merida. Nous aurons la chance de voir passer des grues juste au-dessus de nos têtes, plus loin d’autres vols … C’est beau, mais celles-ci ne crient pas ?

    Nuit fraîche mais avec le chauffage,  tout va bien !

     

    Mercredi 18 janvier

    Ce matin il fait -1,2°, heureusement dedans nous avons 22° ! parfait.

    En repartant, nous aurons à nouveau le plaisir de voir de nombreux vols de grues en sens inverse d’hier soir. Comme le ciel est clair et le soleil se lève à peine, c’est magnifique à voir …mais trop loin pour faire des photos !

    Les kilomètres défilent avec le soleil, mais en arrivant, dans l’après-midi, à Algésiras, nous trouverons d’abord les nuages puis la pluie et le vent !!!

    Nous irons alors chez Monsieur Gutierrez pour acheter les billets de la traversée Algésiras / Ceuta. Il y a déjà de nombreuses personnes qui font la queue ! Elles passent en grande partie par Tanger Med. Il s’avère cette année que c’est moins cher (180€) pour Tanger Med que pour Ceuta (200€) ??? Pourquoi ? je ne sais pas !

    Nous irons ensuite sur le parking réservé aux camping-cars. Il y en a beaucoup, de toutes les tailles et de tous les pays… Chacun reste chez soi car il pleut ! Certains regardent la télé : nous voyons les paraboles qui s’agitent dans tous les sens !!!

    Le nuit sera malgré tout bruyante.

     

    Jeudi 19 janvier

    Debout 5h50 car nous devons être au port à 7h pour le bateau à 8h.

    Nous n’y serons pas seuls, il y a surtout des camions, mais pas beaucoup de camping-cars. Départ à 8h05, la mer est agitée, le bateau bouge … Nous ferons quelques achats (cigarettes et Ricard) en duty free.

    9h20, nous sommes à Ceuta (enclave espagnole en terre africaine). À la sortie du port nous compléterons quelques courses à Cash Diplo (là aussi beaucoup moins cher qu’en France).

    Depuis Essaouira

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis direction la frontière.

    Depuis Essaouira

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il y a une file pour les véhicules français.

    Depuis Essaouira

    Il n’y en a pas beaucoup mais cette fois, c’est long ! En attendant, j’attrape le porte-monnaie marocain, la carte routière, et je mets la montre à l’heure (- 1h). Puis direction Tétouan, Larache et autoroute vers le sud.

    Mais vers 15h à la hauteur de Kénitra, le ciel devient de plus en plus noir : puis … pluie et neige mêlée …Depuis Essaouira

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Essaouira

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les gens roulent alors très lentement avec le warning, il y en a qui s’arrêtent, d’autres qui se retrouvent dans le fossé ! Sous les bois, le sol est légèrement blanc, la neige tient un peu sur le pare-brise …

    Depuis Essaouira

    Pour des personnes qui étaient venues chercher le soleil et la chaleur … nous sommes gâtés !

    Mais bon, cela ne durera pas longtemps.

    Nous prendrons le nouveau contournement de Rabat avec son magnifique pont !

    Depuis Essaouira

    Le soir, après Casa, bivouac au milieu de nulle part, mais entre 2 fermes et au bord d’un « terrain de foot » ! Nous avons droit d’abord à un bel arc en cielDepuis Essaouira

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    suivi d’un superbe orage et enfin un beau coucher de soleil !

    Depuis Essaouira

     

    Vendredi 20 janvier

    Nous reprendrons la route sous un ciel plus clair, direction le sud. Nous découvrirons la nouvelle autoroute jusqu’à Safi : gain de temps pour arriver à Essaouira au plus vite.

    Nous atteindrons notre premier objectif : Essaouira à 12h30. Nous y retrouvons comme d’habitude Hubert et Josyane (la sœur de Jacques).

    Ce sont les retrouvailles autour de l’apéro et d’un bon repas.

     

    Nous séjournerons là plusieurs jours : lessive, mise à jour du blog, maintenance du camion, etc. 

    Prochain départ prévu le mercredi 25 janvier …

     

    Mercredi 25 janvier

    Comme prévu, aujourd’hui, départ vers le sud. Chargement du camion, au revoir à nos hôtes, dernières petites courses : gaz, plein de carburant et nous voilà partis … Arrêt repas sur les bords de l’océan avant Agadir. Nous sommes bien…

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le soir, nous nous arrêterons au camping de Tiznit réputé (soi-disant) pour les installations de panneaux solaires sur les camping-cars. Nous avons besoin de conseils car nos batteries solaires sont aléatoires ! Malgré le nombre important de camping-cars, nous avons une petite place, suffisante pour nous installer pour une nuit. Nous allons dormir cette nuit sans chauffage !

     

    Jeudi 26 janvier

    Il fait un peu plus frais, il y a quand même beaucoup de vent.

    Depuis Zagora

    En attendant que « l’électricien » arrive, Jacques entame la recherche d’une éventuelle perte d’énergie électrique. Notre gentil voisin bricoleur, vient nous aider, conseiller Papy et prêter des outils. Ils remonteront toute l’installation solaire avant que le spécialiste arrive. Il n’aura plus qu’à vérifier et en définitive, tout fonctionne correctement : il suffisait de bien nettoyer les cosses. On en profitera pour nettoyer les brûleurs du gaz, et colmater une légère fuite d’eau au chauffe-eau dans le coffre. À midi, toutes les révisions sont faites, nous mangeons et nous repartirons en début d’après-midi. Dernière petite réparation chez un soudeur : la bavette arrière droite s’est légèrement détachée. Tout va bien maintenant, le soir nous serons à Lagzira, avant Sidi Ifni où nous achèterons du poisson. Bivouac sur la falaise face à l’océan, juste au-dessus de l’arche qui s’est effondrée, nous sommes bien. Ce soir repas : araignées de mer grillées et fraises …

    Depuis Zagora

     

    Vendredi 27 janvier

    Grande décision ? que faire ? le sud ou l’est ? Nous partirons vers l’est : Guelmim, Assa etc … le soleil nous accompagne. Le soir bivouac dans les palmiers entre Assa et Tata à la sortie de Icht. Il y a beaucoup de vent, mais nous sommes un peu l’abri et nous sommes bien.

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Samedi 28 janvier

    Aujourd’hui, direction l’est :

    Depuis Zagora

    Tata puis dans l’après-midi nous serons à Tissint. Petit « pèlerinage » dans le canyon où Papy s’était fait piquer par un scorpion il y a ….. quelques années ….

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous ferons ensuite un complément de carburant (au bidon) car nous avons décidé de prendre la piste qui passe par le lac Iriki jusqu’à Mhamid. Il y a de nombreux contrôles militaires.

    Depuis Zagora

    Le soir, nous dormirons dans le désert : quand même un arbre, calme, ciel étoilé …. Tout va bien.

    Depuis Zagora

     

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dimanche 29 janvier

    Le ciel et le soleil sont toujours nos meilleurs compagnons.

    Nous passons plusieurs contrôles militaires où nous laissons des fiches de renseignements préalablement remplies. Mais nous ne rencontrons aucun touriste ??? Nous sommes seuls sur cette piste qui parfois est caillouteuse, parfois passant dans des dunettes.

    Depuis Zagora

     

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tout va bien jusqu’à 16 h : grand bruit au niveau de la direction. Aussitôt nous nous arrêterons pour ne rien aggraver. Papy ira voir sous le camion et il s’avère qu’il manque un boulon de fixation de la direction sur le nez de pont. Nous revenons à pied en arrière pendant environ 200 mètres mais nous ne trouvons pas le fameux boulon. Que faire ? Il ne passe personne sur cette piste. Je prends donc le guide du routard, cherche une adresse avec un numéro de téléphone. Nous avons de la chance, nous avons du réseau. Je tombe sur une personne charmante qui se met en quête de nous trouver une personne dans le secteur qui puisse venir estimer les dégâts pour aviser de la suite. Nous indiquons bien notre point gps mais les Marocains du désert n’ont pas de gps, ils n’ont que des repères visuels (montagne, dunes, « tagine », antenne de téléphone etc ) . Il faudra de nombreuses communications pour, qu’enfin, quelqu’un nous trouve à 18h30. Il fait nuit. Cette personne passera sous le camion, constatera l’absence d’un boulon, mais trouvera que le 2° boulon est presque sorti : il est cassé ! Avec ces gens-là, pas de problème : il va repartir, demain il reviendra avec un mécano et des boulons Inch Allah ! Nous passerons la nuit dans le désert : pas de soucis, nous avons des réserves …. Et en plus le ciel est merveilleusement étoilé !

     

    Lundi 30 janvier

    Nous sommes debout et prêts de bonne heure au cas où …

    Nous occupons le temps avec du rangement, de la bidouille, des recherches de cailloux originaux, du sudoku, du Rumycube et de la cuisine…

    À midi, toujours personne. Nous commençons à envisager d’autres solutions.

    D’abord le réconfort avec l’apéro et un repas jambon petits pois.

    Aussitôt le café bu, « notre sauveur » arrive avec le mécano.

    Depuis Zagora

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il fera une réparation de fortune (1 boulon + une sangle) pour arriver jusqu’au garage de Mhamid (environ 40 km). Nous avons le mécano avec nous dans le camion, nous mettrons quand même 3h pour arriver à destination. Mais sommes arrivés au garage vers 17h.

    Comme partout en Afrique les mécanos font beaucoup de choses à la fois … mais nous sommes là pour « veiller au grain ». Tout se passe au mieux.

    Depuis Zagora

     

    À 19h30 le camion est prêt à repartir, un petit essai … tout va bien.

    Nous irons passer la nuit dans la cour d’un hôtel : c’est très sommaire comme aménagement, mais nous avons tout avec nous, pas de soucis.

     

    Mardi 31 janvier

    En définitive, nous prendrons la décision d’aller jusqu’à Zagora dans un camping mieux aménagé ( Oasis Palmier) pour y faire une pause plus longue : lessive, blog, sieste pour Papy etc ….

    Depuis Zagora

     

     

     

    Depuis Zagora

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C’est là que je suis actuellement, mais la wifi du camping est faible, je ne sais pas si je vais pouvoir mettre le blog à jour …. Je vais essayer quand même !!! Pour les photos ce sera plus difficile.

     

    A+ pour la suite de nos aventures …. Il se passe toujours quelque chose avec Papy et Mamy : nous avons l’habitude, ce sont les aléas du voyage

    Notre séjour à Zagora a été écourté : 

    Mercredi matin 1° février, la maison de retraite de Castets, nous téléphone pour nous dire que la maman de Jacques est en urgence vitale, elle doit être hospitalisée à Dax. Inutile de vous dire qu'aussitôt nous informons toute la famille et en particulier Bernard ( son frère) et Pierrette qui sont dans les Landes eux aussi. Sans plus attendre, nous rangeons le campement et prenons la direction de la France. Toute la journée nous serons en communication avec les personnes les plus proches. Les kilomètres défilent pas aussi vite que nous le voudrions car notre véhicule n'est pas fait pour la vitesse ! Nous envisageons tous les scénarios...

     

    Quand ... jeudi après-midi, nous avons une bonne nouvelle, et surtout Mamie au téléphone qui va bien et qui nous donne son accord pour rester encore un peu au Maroc comme prévu mais ... "sans aller trop loin !!!!"

    Nous sommes déjà dans le nord du Maroc sous la pluie : nous nous regardons .... et nous décidons de faire demi tour pour aller retrouver le soleil !

     

    Nous avons besoin de faire une pause réparatrice ... nous descendons donc à Essaouira chez Hubert (le beau-frère). Josyane (sœur de Jacques) étant déjà repartie en France comme prévu.

    Toujours en contact avec la France, Mamie que nous avons régulièrement au téléphone va bien. Elle reste encore hospitalisée pour faire de nouveaux examens. Nous sommes rassurés.

    Nous allons reprendre la carte et envisager une suite à notre voyage.

    On ne peut jamais prévoir ce que l'on va faire le lendemain !!! Profitons du moment présent où on se trouve bien  : Carpe Dieme ! C'est difficile quand la vie de ses proches est en danger !

     

    Lundi 6 février

    Les nouvelles de la maman de Jacques sont rassurantes. Avec son accord, nous reprenons notre voyage … toujours direction vers l’est mais en empruntant une nouvelle route.

    Avant de prendre la route, nous ferons le plein de carburant ainsi que des courses pour plusieurs jours …

    Comme chaque jour à midi, nous bifurquons dans un chemin pour trouver un coin sympa pour manger. Bien sûr, nous ne trouvons pas de suite et faisons quelques manœuvres …. Et ….. lors d’une marche arrière, nous n’avons rien vu, ni rien entendu et ce fût l’accident : une petite moto nous suivait et sa roue avant s’est retrouvée sous notre roue arrière droite. Plus grave, il y avait 2 personnes d’un certain âge qui sont tombées et ont eu une très grande peur ! Nous aussi nous avons eu très peur, nous nous sommes précipités vers les personnes qui se sont relevées toutes seules : heureusement pas de blessure grave, seulement des bleus à prévoir pour le lendemain !  OUFFFFFF ! Nous sortons nos chaises pour les installer afin de voir avec eux la procédure qui leur convient au sujet de la moto. Le Monsieur appellera des connaissances qui viendront avec une R12 break. Personne ne parle français. Quand … un autre véhicule passe et le chauffeur parle français. La discussion a été rapide. Il nous a conseillé de nous arranger avec le propriétaire de la moto, de ne pas faire de déclaration d’accident, ce n’est pas grave, et lui donner de l’argent pour la réparation. Ce qui nous avons fait. La moto, les personnes accidentées et les 2 connaissances sont reparties dans la même voiture. Tout le monde, en définitive, semblait satisfait de la transaction. Quant à nous, nous pensons que nous nous en sortons plutôt bien.

    Dans la série, jamais deux sans trois, après notre panne dans le désert, le problème de santé de la maman de Jacques, nous nous sommes fait notre troisième grande frayeur. C’est terminé pour ce voyage !

    Inutile de vous dire que nous n’avions plus très faim !!!!

     

    Après Agadir, nous prendrons la route vers Tafraoute en passant par Aït Baha.

    Bivouac dans les premiers lacets, c’est beau, nous sommes bien. Nous avons besoin de nous remettre de nos émotions …

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mardi 7 février

    Cette route de montagne est très agréable avec en prime des arbres en fleurs : c’est beau.

    Depuis Merzouga

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

    Plus loin, le paysage est plus aride et sans végétation.

    Difficile de trouver un bivouac sympa. En définitive, nous nous installerons (après accord du gardien) dans l’enceinte d’un souk. Nous sommes protégés du bruit, du vent et des visiteurs intempestifs. Nous nous renseignerons quand même que le souk n’ait pas lieu le lendemain matin !

    Depuis Merzouga

    Tout va bien, mais pas très chaud. À 4h du matin nous mettrons un peu de chauffage !

     

    Mercredi 8 février

    Reprise de la route direction vers l’est.

    À midi nous nous arrêterons un peu avant Tazarine pour manger mais aussi pour décider de la suite : goudron ou piste ? Bien que maintenant, beaucoup de pistes soient goudronnées.

    Depuis Merzouga

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    Nous ferons tous les pleins nécessaires et prendrons la piste qui nous mènera à Merzouga.

    Pour le moment, la piste est roulante mais avec souvent « de la tôle ondulée ». Nous traverserons des plantations « sous plastiques » dirigées par des Espagnols.

    C’est le jour de l’IRM de la maman de Jacques. À 16h, nous l’aurons au téléphone : elle a quitté l’hôpital et rien détecté à l’examen. Nous apprendrons que c’était certainement une crise d’épilepsie, elle a droit à un comprimé supplémentaire ! Elle est fatiguée et a besoin de se reposer.  Nous sommes rassurés qu’elle ne soit plus toute seule, et qu’elle soit maintenant, dans une maison de retraite.

     

     Le soir, nous bivouaquerons sur le plateau de Kem Kem. IL y a de nombreuses auberges sur la piste mais nous préférons la pleine nature et là, nous sommes à côté d’un campement de sportifs sans doute des raiders !

    Depuis Merzouga

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jeudi 9 février

    Au petit matin (5h) il ne fait que 13° dedans et 1,4° dehors. Aussitôt nous mettons le chauffage : c’est plus confortable !

    Lorsque nous nous levons à 7h15, le soleil est déjà levé, il ne fait que 1,2° dehors, tous les raiders sont presque prêts à partir, ils lèvent le camp, les chameaux sont chargés …

    Après le rituel, nous reprendrons la piste vers Taouz que nous devrions atteindre ce soir.

    Mais d’abord, il faudra traverser un oued : à sec bien sûr, mais très ensablé.

    .

    Papy n’est pas très rassuré, mais « petit camion » passera très bien. C’est fait !

    Plus loin, à midi, pause repas : nous croiserons 4 véhicules qui s’arrêteront : 2 Français, 1 Italien avec un Iveco et 1 Espagnol. Bien sûr, présentations, discussions …. Et ils repartent. Nous resterons le temps du repas.

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous retrouverons le goudron à Taouz vers 17h ; Nous déciderons d’aller bivouaquer au bord du lac de Merzouga, pour prendre des photos des oiseaux mais ……….. Nous cherchons en vain le lac : effectivement, nous y avons roulé dedans : il est à sec ! Nous sommes déçus.

    Depuis Merzouga

    Direction alors l’auberge que nous connaissons depuis 20 ans et qui a bien changé : Les Dunes d’Or. Nous y serons vers 18h et nous nous y installerons comme d’habitude, entre des dunettes. Trop tard pour les photos du coucher de soleil.

     

    Vendredi 10 février

    Journée repos, lessive, blog etc …

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Merzouga

     

    Il fait beau, mais il y a énormément de vent : dommage pour les photos ! Heureusement que nous avons fait la piste hier ! 

     

    Samedi 11 février

    Nous faisons un peu de maintenance : plein d'eau, lavage vitres, ménage ...

    L'après-midi nous changerons d'auberge : nous avons rendez-vous avec une connaissance : Philippe de Bordeaux, au camping le Petit Prince à Merzouga.

    Nous nous y retrouverons en fin d'après-midi :

    nombreuses discussions autour de l'apéro et d'un bon tajine préparé par Hassan .Depuis Merzouga

     

     

     

      Depuis Merzouga

     

     

     

     

     

     

     

     

    La soirée fut très agréable ....

    Demain sera un autre jour .....

     

     Dimanche 12 février

    Tant que nous avons de la connexion, nous finissons de mettre le blog à jour, puis rangement et départ vers Erfoud. Nous avons besoin d’argent et il faut faire réparer une roue qui a une crevaison lente. Il s’avèrera que c’est une  "norme pointe" plantée dans le pneu !!! Puis départ vers Tinerhir et les gorges du Todra.

    Mais le vent se lève. Pour le repas de midi il faudra trouver un palmier pour nous couper un peu du vent et surtout du sable !

    Plus nous nous approchons des gorges, plus le ciel est noir sur la montagne. Il est 16h30. Nous ne nous hasarderons pas là-bas avec un temps pareil. Nous sillonnerons une palmeraie dans la plaine et nous trouverons un petit coin très sympathique pour le bivouac.

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Comme d’habitude, Jacques fera son petit tour des environs et me ramènera des sortes de petits poireaux sauvages : nous en ferons une omelette, ma foi très bonne !

    Dans la nuit nous entendrons quelques gouttes de pluie, mais ce n’est pas méchant.

     

    Lundi 13 février

    Avant d’entreprendre la montée dans les gorges du Todra, nous ferons le plein de carburant et des courses pour plusieurs jours à Tinerhir car nous aimerions faire la boucle pour redescendre par les gorges du Dadès.

    Dès le début de la route, nous nous rendons compte que l’oued coule fort et tout rouge : ça ravine. Effectivement il a bien plu fort cette nuit dans la montagne …

    Puis c’est la montée dans les gorges toujours aussi spectaculaires, surtout avec un ciel tout bleu.

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    Après les gorges, nous attaquons la montagne. À midi, nous serons dans un col à 2700 m d’altitude et dans la neige.

    Depuis Zagora le retour ...

     

       

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

    Dans la descente nous croiserons le chasse neige.

    Depuis Zagora le retour ...

    Il a donc bien neigé hier et cette nuit. Impossible de s’arrêter là pour le repas de midi, nous descendrons légèrement jusqu’à ce que nous trouvions un endroit plat sans neige. Le paysage est magnifique avec tous les sommets enneigés.

    Plus haut nous arriverons à Agoudal où se trouve l’embranchement vers les gorges du Dadès. C’est maintenant de la piste qui se trouve pour le moment dans la vallée le long de l’oued. Tout va bien jusqu’à 15h la première montée. À la sortie d’une légère courte, la piste monte mais elle est très glissante et légèrement en dévers, le camion glisse dangereusement vers le ravin. Aussitôt nous stoppons, mettons les 4 roues motrices mais sans succès. Le camion glisse toujours. Impossible de se sortir de cette situation délicate tout seuls.

    Depuis Zagora le retour ...

    Nous calons déjà les roues avec des cailloux, c’est même difficile pour nous de tenir debout sans glisser, nous avons les chaussures pleines de boue. Que faire ? Le téléphone ne passe pas… Je mets en service le téléphone satellite quand soudain, surgit du virage suivant une mobylette providentielle ! C’est le gardien de l’auberge quelques centaines de mètres plus haut. Il se propose de nous aider. Il va chercher du réseau pour appeler une connaissance qui a un tracteur qui pourra nous sauver de cette situation. Le coup de téléphone donné, il revient nous trouver pour nous confirmer l’arrivée du tracteur dans environ 1h . En attendant, il fait froid, il monte avec nous dans le camion. Nous osons à peine bouger de peur de faire glisser le véhicule. Le temps passe, je fais un café …. Notre « sauveur » repartira retéléphoner. Le tracteur est bien parti, il est en route et sera là dans 20 mn environ…. Effectivement, 20 mn plus tard, nous le verrons apparaître au fond de la vallée … Bon, nous préparons le terrain : notre « homme providence » va chercher de grosses touffes d’herbes pour mettre sous les roues et ainsi éviter les dérapages. Le tracteur est là, il remonte la pente en marche arrière, accroche le camion et ….. Suspens …. Le camion va-t-il bien reculer sans partir les roues dans le vide ????? OUI … tout va bien, encore quelques mètres et nous sommes sauvés.

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après nous être remis de nos émotions, délestés de beaucoup de dirhams, nous repartons dans la vallée alors que la nuit tombe …..

    Nous retrouverons le goudron et chercherons alors (dans la nuit) un coin assez plat pour bivouaquer. C’est fait, nous nous posons et poussons un grand OUFFFFF !

    Nous avons besoin de décompresser et de passer une bonne nuit réparatrice.

     

    Mardi 14 février

    Nous nous réveillons à 2300 m d’altitude, il fait beau mais dehors il fait -3° !!! Heureusement que nous avons le chauffage !

    Nous resterons sur le goudron toute la journée

     

     Maroc 2017

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

      Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

    pour retrouver à Boudnib (en bas dans la vallée) le copain Philippe le soir au camping Le Rekkam où nous étions déjà allés en 2015. Nous y rencontrerons également un couple de Landais de la région de Dax comme Jacques. Ils ont pour voisin une connaissance commune : Daniel et son camion jaune ! Nous passerons la soirée ensemble autour d’un bon repas. La décision est prise : demain nous partirons tous ensemble pour faire la piste Boudnib / Merzouga. Attention, il y aura des passages de sable, il faudra que Papy dégonfle les pneus pour pouvoir passer : c’est promis.

     

    Mercredi 15 février

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aussitôt prêts, Papy dégonfle les pneus comme promis. Nous attendons beaucoup de cette journée d’apprentissage de conduite dans le sable car, rassurés, nous ne serons pas seuls.

    En définitive nous serons 4 véhicules et notre guide Philippe. Cela va nous donner l’occasion de faire connaissance avec de nouvelles personnes.

    La journée va très bien se passer avec le soleil, beaucoup de piste caillouteuse et bien sûr du sable.

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

      Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

    .

    Il faut suivre le rythme, mais notre camion saute énormément… C’est impressionnant. Nous pensons que nos amortisseurs sont en fin de vie ! Quant au sable, sur les conseils de Philippe, nous dégonflerons, puis tous les passages difficiles se feront en 4 roues motrices courtes et en 4°. Conclusion : très satisfaits du camion qui s’est bien comporté même dans les dunettes et le chauffeur a maintenant pris confiance en lui et son véhicule. Tout va bien.

    Nous avons passé une excellente journée qui s’est terminée dans un campement dans les dunes de l’Erg Chebbi chez Zaïd : Bon repas, bonne ambiance et ciel merveilleusement étoilé …

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Zagora le retour ...

     

    Merci à Philippe de nous avoir proposé de venir avec lui.

     

    Jeudi 16 février

    Philippe et 2 autres véhicules partirons pour traverser l’Erg Chebbi du nord au sud. Mais là, c’est une autre aventure que nous ne tenterons pas car trop de dévers ….

    Nous repartirons du campement en compagnie des Landais, jusqu’à la station de carburant de Merzouga. C’est là que nos chemins se séparent : Eux remonteront sur Erfoud et nous, direction Zagora où nous avons rendez-vous chez Ali (mécanicien de renom) pour faire changer les amortisseurs en premier et faire faire les travaux qui paraîtront nécessaires à ses yeux.

    Nous y serons le soir vers 17h, après un coup d’œil et avoir pris un amortisseur comme modèle, nous prenons rendez-vous pour le lendemain matin 9h.

    Pas loin du garage il y a un petit camping : le "Prends Ton Temps" où nous passerons la nuit. Petit mais agréable.

     

    Vendredi 17 février

    Nous serons à 8h40 à notre rendez-vous au garage avec la liste de tout ce qu’il y aura à vérifier. Le jeune ouvrier est en train d’ouvrir, de tout mettre en place et de nettoyer le garage en attendant que le patron arrive.

    À 9h, il nous fait stationner en bonne position et commence à s’occuper de nous. Ali arrivera en suivant et toute la journée nous aurons les ouvriers sur le camion.

    Au programme : changer les amortisseurs, mettre une lame supplémentaire, vidange, graissage et de nombreuses broutilles et vérifications. Il faudra revoir la fixation du réservoir supplémentaire : ce sera pour demain matin.

    Nous avons passé la journée dans le camion : sudoku, internet, préparation mise à jour du blog, rencontres avec d’autres Français venant au garage, et contrôle quand même, des travaux. À midi, je ferai la cuisine et nous mangerons sur place.

    À 17h nous reviendrons au camping tout proche pour y passer la nuit.

    C’est vendredi, nous avons envie de couscous : nous en commanderons un à la cuisine et nous le mangerons au camion.

     

    Samedi 18 février

    Rendez-vous au garage à 9h pour la fixation des réservoirs de carburant.

    Depuis Zagora le retour ...

     

    En suivant, nous envisageons de remonter sur Ouarzazate où une personne nous a indiqué une adresse pour faire faire des housses pour les sièges. Nous irons donc voir ce que l’on peut nous proposer et à quel prix !

     

    Dimanche 19 février

    De retour au garage pour le réglage de fignolage... Nous en partirons à 11h45. Nous avions peur pour la facture, mais en définitive nous nous en sortirons pour 670 € pièces et main d'oeuvre.

    Nous nous dirigerons vers Ouarzazate où nous devons trouver un tapissier (indiqué par un "forumiste" habitant au Maroc),  afin de nous faire des housses pour les sièges.

    La route n'est pas longue, nous emprunterons les pistes passant par les palmeraies où nous trouverons d'ailleurs un coin ma foi fort sympathique pour le repas de midi.

    .

    Comme prévu, le soir nous serons à Ouarzazate. Nous repérons la boutique du tapissier pour y être le lendemain à 9h.

    Nous passerons la nuit au camping "de la Palmeraie" : petit, sympathique mais en définitive plus cher que les autres ...

     

    Lundi 20 février

    Nous serons à 9h à notre rendez-vous, le tapissier est là. Après analyse du travail demandé, il nous annonce qu'il ne peut pas le faire : "trop de travail actuellement". 

    Déçus, nous reprendrons la route vers Guelmim où nous avons une nouvelle adresse...

    IL faudra prendre la route de Foum Zguid, belle mais encore en travaux ... Nous roulerons souvent dans l'oued. Pour le repas de midi, nous nous arrêterons dans une palmeraie à quelques kilomètres de Foum Zguid.

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis .... la route : Tissint ...Tata ... Akka .... Les kilomètres défilent ... nous nous rapprochons du but mais le ciel s'assombrit !

    Nous bivouaquerons le soir non loin de Icht, presque au même endroit que le 27 janvier ! Pourvu qu'il ne pleuve pas, car le terrain est instable ! 

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mardi 21 février

    Le ciel est bien nuageux ....

    Aujourd'hui, destination Guelmim, mais il nous faut du carburant : depuis Tata, pas de station. Nous serons obligés de prendre du gas-oil au bidon à Fam El Hisn. D'ailleurs meilleur marché que dans les stations environnantes ...

    Nous serons chez le tapissier à Guelmim à 11h30. Nous prenons rendez-vous pour le lendemain matin matin 9h : travail fait dans la journée fournitures comprises : 500 dh.

    Nous passerons l'après-midi sur le parking de Marjane , nous n'y serons pas seuls.

    Le soir nous serons 7 véhicules à y passer la nuit.

     

    Mercredi 22 février

    Nous serons chez le tapissier un peu à l'avance, mais il est déjà là : confirmation de notre commande, démontage des sièges et le voilà au travail...

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pendant ce temps, nous nous installons dans le camion (devant la boutique) pour y passer la journée. 

    Nous mettrons les oreillers à la place des sièges, Jacques fera des grilles de Sudoku, moi, j'en profiterai pour faire de la cuisine : pour le midi mais aussi en faisant cuire des légumes à l'avance.

    La journée sera quand même longue. De temps en temps nous irons voir l'avancée des travaux ....

    A 18h tout est terminé et les sièges remis en place. Nous sommes satisfaits du travail pour 500 dh (50€).

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

             Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est trop tard pour reprendre la route. Nous reviendrons passer la nuit sur le parking de Marjane. Et là ... surprise !!! Nous y trouvons de nombreux véhicules : camions et camping-cars ... Nous apprendrons que suite aux fortes pluies, les routes et les ponts sont coupés, tout le monde s'est réfugié sur le parking. Nous y serons 17 véhicules. 

    Il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas : nous y retrouverons des personnes en fourgons rencontrées à Bamako en 2011, puis un bus rencontré à Dakhla en 2014. Ce sera alors l'occasion de discussions sur nos différents voyages ...

     

    Jeudi 23 février

    Pour nous, le temps commence à être compté, nous devons être le 3 mars à Aix en Provence.

    A midi, nous nous arrêterons comme d'habitude au bord de l'océan au nord d'Agadir : nous y sommes bien.

    Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     Depuis Essaouira le retour 2 ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le soir, nous serons à Essaouira dans la famille.

    Ce sera la pause : courses, lessive, ménage, plein d'eau, plein de carburant etc ...

     

    Vendredi, samedi, dimanche, lundi

    C'était sans compter les aléas 

    - Un bruit à la roue avant droite par ci .... visite chez le mécano : pas grave , nous pouvons rentrer en France ainsi

    - Plus de freinage par là : beaucoup plus grave : grosse fuite de lockheed au répartiteur arrière. Nous ne pouvons plus rouler. Jacques passe sous le camion, mais ne peut rien faire. 

    Nous sommes samedi soir, difficile de trouver un mécano disponible. La sœur de Jacques fait fonctionner toutes ses relations, mais nous sommes au Maroc ....

    Nous sommes dimanche après-midi et nous attendons toujours le mécano depuis hier soir ...

    En définitive, il arrivera à 17h pour prendre la pièce défectueuse (un tuyau en cuivre fissuré)  à faire réparer lundi matin avant de la ramener au plus vite : Inch Allah !!!!

    L'espoir fait vivre !!!

     

    Nous sommes lundi 13h30 et toujours pas de nouvelles du garagiste ..... l'attente est d'autant plus longue, que nous avons rendez-vous à Aix en Provence vendredi à 13 h !!! Cela devient de plus en plus improbable !

    15h, le mécanicien arrive  !!!! Youpi !!!!!!! Il remet en place le tuyau d'arrivée du liquide de frein au répartiteur arrière (il a été obligé d'en faire faire un nouveau). Puis, remplissage et purge du circuit. Le tout pour 300 dh (30 €) : dépannage à domicile sur 2 jours : dimanche et lundi !!!! 

    A 15h30 nous sommes prêts et quittons la famille, direction le nord du Maroc au plus vite. Nous avons 2400 km à effectuer  !

    18h45 arrêt bivouac sur un aire de la nouvelle autoroute Safi / El Jadida. Nous avons parcouru  246 km.

    La nuit sera bruyante car de nombreux camions y font une pause eux aussi .....

     

    Mardi 28 février

    Il est 3h15, il y a beaucoup de bruit, nous sommes réveillés et il reste beaucoup de route à faire : nous partons ...

    Nous nous arrêterons plus loin au petit jour pour la toilette et le petite déjeuner. Il est 6h20, nous sommes à Kénitra, nous avons fait 257 km.

    Nous serons à 11h05 à la frontière : Sebta. La file d'attente est toujours aussi longue, mais un policier fait passer les Européens sur une file à côté beaucoup plus courte. Malgré tout, nous n'avançons pas vite ... Nous nous apercevrons qu'une fois franchis la frontière marocaine, le passage en Espagne est très long. Effectivement la file de piétons est importante, ils veulent passer eux aussi, mais il semblerait qu'ils soient nombreux à ne pas avoir les papiers en règle, d'où retour, "manu militari" de l'autre côté vers le Maroc. Ils traversent devant nous .... il faut s'armer de patience ....

     Pendant ce temps, je regarde les horaires du bateau qui nous ramènera à Algéciras. Nous ne pourrons pas avoir (ou alors il faudra "courir") celui de début d'après-midi. Tranquillement, nous mangerons en bordure de la mer, ferons des courses à Cash Diplo (détaxé) et prendrons le bateau de 19h15. Étonnamment, il y a beaucoup de monde et particulièrement des piétons. Après réflexions, on réalisera que nous sommes mardi gras et qu'en Espagne, il semblerait que ce soit un jour férié !

    Inhabituellement, la sortie du port avec passage là aussi à la douane, sera très longue. Le bus devant nous sera examiné sous toutes les coutures ! Que se passe t-il donc en ce moment à cette frontière ?

    Vu l'heure tardive, nous irons passer la nuit avec les camping-cars sur le parking à côté de l'agence Gutierrez.

    Nous avons fait : 568 km

     

    Mercredi 1° mars

    Départ 7h40. Nous avalerons les kilomètres toute la journée en remontant l'Espagne côté mer Méditerranée.

    19h arrêt bivouac après Valencia. Nous avons fait 833 km ! Bravo au chauffeur !!!

    Une fois en place, installation pour le repas et la nuit. C'est alors que, forte des divers incidents électriques lors des derniers voyages, j'ai la sale manie de vérifier au tableau, l'état des batteries . Cette année tout a très bien fonctionné, il faut dire que la chaleur marocaine, n'a été sans aucune mesure avec celle que nous avons habituellement plus bas en Afrique de l'Ouest. Donc, ce soir, le tableau m'indique des batteries faibles par rapport aux kilomètres que nous avons faits aujourd'hui. Mais bon, nous sommes fatigués, pas trop de réflexions sur la cause de ce constat.

     

    Jeudi 2 mars

    Départ 7h45 : le moteur démarrera avec un peu de difficulté. Toute la journée, je vérifierai le tableau électrique et le voyant du coupleur séparateur. Il ne s'allume pas, conclusion, le moteur ne charge plus les batteries ..... On avale quand même les kilomètres. 

    A midi nous aurons passé Barcelone. Nous prendrons la décision de téléphoner à nos copains de Béziers (Jeff et Rose) pour leur parler et essayer de résoudre notre problème électrique. 

    Heureusement car, à 16h30, nous faisons une pause sur une aire de repos et là ........ Impossible de redémarrer. Il n'y a vraiment plus de batterie : que faire ? Nous interpellons une conductrice pour essayer de faire démarrer le moteur avec les pinces .... mais toujours pas assez d'électricité. Soudain arrive le fourgon jaune "de la patrouille autoroutière". Nous allons parler de notre problème aux employés et aimablement, ils nous aideront. Avec les pinces et une batterie plus puissante, le camion démarrera : interdiction maintenant de nous arrêter jusqu'à destination ! 

    Nous arriverons chez nos copains en fin d'après-midi. A la débauche, Jeff examinera le camion : conclusion, il semblerait que ce soit l'alternateur qui serait HS. Que faire ? On ne peut plus rouler ainsi. Il prend contact avec un mécano de chez Iveco. Rendez-vous demain matin pour étudier la question. Quant à nous, il faut que nous soyons à 13h à Aix en Provence. Nous réserverons donc par internet et téléphone, une voiture de location pour le lendemain matin.

    Toutes ces décisions prises, nous passerons une soirée plus tranquille à se raconter nos dernières aventures ...

     

    Vendredi 3 mars

    Jeff se chargera du camion, il nous tiendra au courant par téléphone de l'avancée et du coût des travaux. Quant à nous, nous prendrons possession d'une Golf de location et serons comme prévu à 13h à Aix en Provence. Nous y retrouverons nos futurs coéquipiers du mois de mai en Namibie. Nous avions besoin de faire plus ample connaissance et mettre aux points les conditions du voyage.  Rencontre nécessaire, très agréable et fructueuse.

    Merci à Laurence et Denis qui nous ont reçus. Merci également à JB qui a tout organisé avec l'aide de nos hôtes pour l'itinéraire.

    17h30, tout est clair, nous pourrons reprendre la route vers Béziers (sous la pluie et le vent).

     

    Samedi 4 mars

    Remise de la voiture de location (198€) ! A midi, récupération de l'Iveco (580€) !!! Mon cher week-end !

    Nous passerons le reste du temps à profiter de notre "famille d'accueil".

    Papy retrouvera les garçons (Louan et Anton) qui ont partagé 3 mois de voyage avec nous en 2012 et qui ont bien grandi  .... Vieille histoire maintenant, mais que de complicité !

     

    Lundi 6 mars

    Retour au bercail !

    Aujourd'hui encore les kilomètres vont défiler ...

    A 13h30, nous serons en Dordogne chez notre fille Laurence pour y récupérer un véhicule laissé en garde.

    Le repas est prêt. Ce seront alors de nombreuses discussions sur notre périple, mais aussi sur tout ce qui a pu se passer dans la famille ... maison, travaux, voitures, filles etc ...

    Mais il faut quand même rentrer à Bordeaux. Nous y serons à 19h. Le voyage est terminé, la boucle est fermée.

    Nos aventures ne sont pas terminées : quelle ne fut pas notre surprise en découvrant que 3 pièces étaient inondées, il y a de la moisissure sur les murs, l'eau dégouline etc .... 

    Mais il faut aussi manger, décharger le camion et essayer de comprendre d'où vient la fuite qui a provoqué ces dégâts.

    On allume en premier la chauffage car il ne fait que 10° dans la maison ! On ne fera que ce qui nous paraît le plus important car nous sommes fatigués : physiquement par tous ces kilomètres avalés en peu de temps et psychologiquement avec tous les soucis que nous avons eus et les tracas qui nous attendent !

    Chaque chose en son temps, demain sera un autre jour.

     

    10 jours sont passés. La réacclimatation a du être rapide

    Nous avons détecté la fuite, elle est réparée. Maintenant le sinistre est entre les mains de l'assurance.

    Nous avons revu toute la famille proche : sœur, enfants, petits enfants, la maman de Jacques (qui a retrouvé sa vitalité) , oncles et tantes des Landes.

    Nous avons repris le rythme de la vie occidentale, le soleil de ces jours-ci nous aide bien.

     

    J'ai mis le blog à jour, je vais m'efforcer maintenant, d'y ajouter (dans quelques temps) des petites vidéos ! 

     

    Il nous reste 1,5 mois pour préparer notre départ le 4 mai pour la Namibie

    une nouvelle expérience, de nouvelles aventures en perspective ...

    A très bientôt donc dans notre nouveau carnet de voyage .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique